« Un groupe de professionnels aidés par le célèbre avocat Francesco Piscopo, défenseur, pendant des années, des batailles civiles de Franca Rame et Dario Fo, recueille à la fin des années ’90 des témoignages autour du cas d’Alfred Dreyfus, capitaine de l’armée française, d’origine juive, qui dans les dernières années du XIX siècle est injustement inculpé de haute trahison et espionnage aux dépens de la France. Dégradé et condamné au bagne, son cas suscite l’indignation et la réaction scandalisée de la part la plus progressiste du pays « .

Giangilberto Monti a écrit, avec l’historien Vittorio Orsenigo – metteur en scène en 1950 du Piccolo Teatro et écrivain raffiné – un texte théâtral lucide et passionné, basé sur les journaux de l’époque et construit comme une pièce radiophonique destinée à être jouée en direct à quatre voix. A l’époque de sa création, la Rai, aussi bien que la Radio Suisse Italienne, en avait refusé la production.